L’Islande à vélo

Des aventures de gravel illimitées dans les Westfjords

Fais la rencontre d’Oliver Andorfer, un cycliste autrichien passionné, motivé par son amour des montagnes et assoiffé d’aventure. Particulièrement friand de gravel et de bikepack, Oliver saisit chaque occasion de rouler, d’explorer des sentiers, chemins de gravel et routes goudronnées avec un enthousiasme inébranlable.

L’aventure sans limites ? Aucun problème. La grande expérience cycliste d’Oliver à travers l’Islande, réputée pour ses paysages variés et ses merveilles naturelles, ne pouvait être vécue qu’à bord d’un seul vélo : notre seul et unique URS !

Embarque avec Oliver pour une exploration à couper le souffle dans un cadre bouleversant, à affronter les éléments et partager son enthousiasme pour le gravel dans l'une des destinations les plus remarquables de la planète.

Voici l’histoire d’Oliver. Voici L’Islande à vélo.

Des bières et des baleines

par Oliver Andorfer

Entourée de millions de kilomètres cubes d’eau, au nord-ouest de l’Europe et à 1 200 kilomètres au sud-est des Greenland se trouve l’île d’Islande, qui s’étend sur quelque 100 000 kilomètres carrés.

C’est vrai, l’Islande nous est familière, et nous avons tous entendu parler des chants hypnotisants des fans de football islandais, des volcans capables de perturber la circulation aérienne, de ce lieu devenu une destination de voyage prisée ces dernières années, notamment grâce aux présentations idylliques de grands noms tels que le Lonely Planet.

Cependant, si l'on met de côté les sites touristiques bondés, le paradis du gravel se révèle sur ces terres façonnées par la lave rocheuse, où la pluie semble encore plus humide, le vent plus fort et le millier de chutes d’eau plus impressionnantes.

Mais commençons par le début. Tout a commencé, comme cela se fait au 21e siècle, sur Instagram. Merci Chris Burkard et Lael Wilcox de m’avoir inspiré avec votre voyage dans les Westfjords ! Les images, l’atmosphère, les paysages et l’itinéraire ont marqué mon esprit à vie. Et pourquoi ne pas embarquer pour un voyage dans un pays à ce point différent de nos latitudes, comme un véritable amateur de voyages, de vélos de gravel et de bikepack ? Pour le pays comptant la plus forte densité de 4x4 au monde, le choix de l’équipement s’imposait de lui-même et dans mon garage, un seul vélo arborait la mention « UnReStricted »* (*illimité) sur son cadre : l’URS. En route !

L’idée de « L’Islande à vélo » était née.

Dans les semaines suivantes, internet, Google Maps (grâce à l’inventeur de Google Street View) et la plateforme Komoot sont devenus mes passe-temps favoris. Dans les Westfjords, avec une densité de population de moins de 3 personnes par kilomètre carré, la planification d’une aventure en bikepack ne représente pas seulement la moitié du travail ; c’est aussi une petite assurance supplémentaire. Enfin, ma collection Komoot comptait presque 900 km et un peu plus de 10 000 mètres de dénivelé positif.

Ce qui avait commencé comme une simple idée se transformait rapidement en un véritable projet ! Vinrent ensuite le Covid et ses différentes limites et restrictions de déplacements, avec pour conséquence une pause créative d’un an et demi, jusqu’au deuxième coup d’essai d’automne 2021.

Heureusement, la recherche de copains de voyage également amateurs de photos et de drones s’est avérée facile.

Bienvenue à bord, Anna, Max, Moritz et Tomaz !

Une fois l’itinéraire programmé et l’équipe en place, nous étions prêts à y aller.

Ísafjörður a été notre point de départ, pour 8 jours de gravel. 8 jours à pédaler, manger, prendre des photos, discuter, s’amuser et se délecter de tout ce que l’Islande a à offrir... quoi de plus merveilleux ?

Le premier jour a été marqué par un niveau d’adrénaline bloqué au maximum. Non seulement allions-nous profiter d’un moment phare lors de ce premier jour sous la forme d’un groupe de baleines à bosse, mais la météo, la tranquillité et les peut-être deux voitures croisées sur toute la journée suggéraient que le gravel en Islande, comme tant d’autres choses, est quelque chose de différent, et peut-être d’encore plus beau, qu’à la maison.

L’incontournable bière post-sortie dans un jacuzzi est devenue une tradition dès le premier jour et, bien sûr, nous avons scrupuleusement veillé à la faire durer jour après jour. Par la suite, nous nous sommes offert tout ce que l’association touristique des Westfjords avait dans son répertoire.

Des routes de gravel d’une beauté incroyable, des rafales de vent montant à 100 km/h qui vous donnent l’impression de voler lorsqu’elles viennent de derrière et vous poussent au bord de la folie à 5 km/h lorsqu’elles arrivent de devant. Des pluies diluviennes venant de toutes parts, nous rappelant qui est vraiment le patron ici. Sous nos pneus de gravel de 42 mm, un terrain passant d’un goudron parfait aux graviers les plus fins, en passant par des sentiers de gravel franchement impraticables. Des lumières nordiques nous laissant bouche bée pendant des heures sur la plage, remplissant des gigas d’espace photo et de vidéo, et un pays surpassant régulièrement la simplicité et la beauté.

Mais c’est aussi pour ça qu’on se rend dans l’une des régions les plus au nord de l’Europe pour faire du gravel, n’est-ce pas ? L’Islande est une terre gracieuse qui récompense toute personne se lançant dans cette aventure de souvenirs impérissables. Promis !

Discover the Journey

Pedaling Iceland - Westfjords | Komoot

Rouler sans limites.

Découvre notre collection pour explorer en gravel
Explorer